Société des amis de Régis Messac

71, rue de Tolbiac, Paris XIIIe

07 82 69 25 13

amis@regis-messac.fr

Mentions légales

© 2019 - SARM

All

Journal de Quinzinzinzili

JDQ / L’univers messacquien n° 39

7.0 EUR

À LA UNE : André Prudhommeaux #2 / La science-fiction française avant le terme / Régis Messac était-il marxiste ?

 

Dans la dernière livraison de la revue Quinzinzinzili, plusieurs articles sur des écrivains majeurs tels que Olaf Stapledon (1886-1950), dont le roman Créateur d’étoiles est incontournable, et qui fut l’un des précurseurs du mouvement transhumaniste. Portrait précis d’André Prudhommeaux (1902-1968), libertaire qui créa en 1934 Terre libre. […] Un article ne manquant pas de saveur concerne feu François Mitterrand, qui veilla toute sa vie à entretenir une réputation non usurpée de bibliophile. Il s’intéressait à la cote des livres, donc à leur valeur marchande. […] Cette revue nous aide à appréhender les tendances littéraires, les cousinages et les courants souterrains de la littérature. Elle est un auxiliaire essentiel pour ceux qui veulent comprendre le mouvement des idées qui ont traversé le XXe siècle, un siècle marqué par le chaos des guerres et la frénésie des idéologies.

 

Donato Pelayo, l’AgglOrieuse, 6 mars 2019, p. 7


Ce numéro 39 poursuit l’hommage commencé dans la précédente livraison à André Prudhommeaux (1902-1968). Nous ne  détaillerons pas le contenu de ce long article, mais soulignerons son intérêt sociologique, quant à la constitution de réseaux d’écrivains progressistes de tendances différentes, mais liés par l’amitié. […] Comme à l’habitude, Quinzinzinzili comporte nombre d’autres articles dont celui de Rémi Malenfant sur la « SF française avant le terme ». En quatrième de couverture, on trouvera l’annonce d’une nouvelle publication d’un texte de Messac : Coutances à  l’heure allemande. Correspondant du réseau Manche-sud du Front national de la Résistance entre l’automne 1942 et mai 1943, l’écrivain tint alors une correspondance qui constitue l’essentiel de cet ouvrage  publié par les Éditions ex nihilo en février 2018. Le livre, préfacé par Dominique Kremp et Guibert Lejeune, est postfacé avec un texte d’André Prudhommeaux. Tout se tient.


Jean-Pierre Bacot, Critica masonica, 15 mars 2019